Productivité ?

Mogore attire notre attention sur le changement de ton du blog 43folders . Ces réflexions me rappellent ce que je pense à chaque fois que je vois la liste interminable des blogs taggés ‘productivity’ dans mon agrégateur RSS (dont 43f fit partie, naturellement) et ces moments où je lis des blogs sur la productivité pour ne pas faire ce que je devrais faire…

Elles me font aussi penser à mes débuts avec la méthode GTD : confiant dans mon système et excité par la nouveauté de la méthode, je consignais toutes mes tâches à faire et ne faisais rien… à part des ‘reviews’ et des améliorations à ce système… C’est sans doute une réaction naturelle face à la nouveauté : quand j’ai un nouveau téléphone, je passe beaucoup de temps à lire la documentation, à changer des options… avant de recommencer à ne plus savoir faire les opérations élémentaires qui font son originalité et à me contenter de téléphoner bêtement…

Publicités

L’âge du péta-octet…

Mon fils de bientôt cinq ans, qui, comme beaucoup de ses semblables, n’est pas chiche d’hyperboles, m’a demandé pendant l’été ce qu’il y a après « méga » (parce que mieux que superbien, c’est mégabien), puis ce qu’il y a après « giga »… Lorsque, quelques jours plus tard, il m’a demandé ce qu’il y a après « téra », je dois avouer que j’ai séché et ce n’est qu’après une recherche sur le web que j’ai pu lui répondre « péta » (mais en tant que parent responsable, j’ai néanmoins pris la peine de lui expliquer que le terme « pétabien » risquait de ne pas être intelligible pour tous).

Aussi ai-je particulièrement prêté l’oreille (devrais-je dire l’oeil ?) quand j’ai découvert, par l’intermédiaire d’Olivier Ertzscheid, l’article de Chris Anderson traitant de l’impact de l’Age du Pétaoctet sur la méthode scientifique. Depuis, Hubert Guillaud a écrit un article de synthèse très intéressant sur la fin de la science, dans lequel il évoque cet article : Est-ce que le déluge de données va rendre la méthode scientifique obsolète ?. Mais ce n’est pas de cet impact sur la science que je veux parler ici ; cet article m’a inspiré quelques réflexions, qui rencontrent des préoccupations que j’ai depuis longtemps.

D’abord cette idée d’un déluge de données dans lequel des logiciels pourraient trouver un sens automatiquement (l’exemple le plus saisissant est celui de la traduction : « à corpus de données égal, Google peut traduire du klingon en persan aussi facilement qu’il peut traduire du français en allemand », dit Anderson) me semble mettre en évidence une tendance importante et durable de l’internet actuel : la domination d’un système fonctionnant avec des données peu structurées, au détriment d’un système plus rigoureux et plus structuré. En somme, il s’agit d’une victoire du web 2.0 (ou 3.0, je ne compte plus) sur le web sémantique. C’est ce principe qui s’applique pour le moteur de recherche de Google ou les sites de signets collaboratifs comme del.icio.us : on ne demande pas au fournisseur de contenu (pages web ou liens dans ces exemples) de faire une description exhaustive de son contenu ; à la rigueur, on lui demande quelques mots clés (tags), mais cela ne va guère au-delà. Il me semble que cette tendance se confirme d’une façon très nette et que la mise en place d’un formalisme imposant de taxinomies et d’ontologies qu’on nous promet parfois n’aura pas lieu, en tout cas pas dans les dix ans qui viennent. A la place, le web continuera à être une sorte de vrac dans lequel les ordinateurs devront se débrouiller pour trouver un sens (quel qu’il soit), et non un objet bien propre spécialement fabriqué pour qu’ils le comprennent.

A cet égard, le billet de Jean Véronis sur la nouvelle fonctionnalité de Google de détection de pièce jointes oubliées, dans lequel il explique la méthode qu’il utiliserait pour implémenter cette fonction est un témoignage éloquent. Cette méthode donne véritablement le vertige : il s’agit d’ « extraire à l’aide d’outils statistiques les n-grammes qui apparaissent fréquemment dans les mails avec attachement et pas dans les mails sans attachement », puis « pour chaque nouveau mail, regarder si un de ces n-grammes magiques est présent dans le texte, et si oui déclencher une alerte ».

D’ailleurs, je crois que l’époque est au refus d’un formalisme excessif. Le succès d’une méthode comme GTD n’est sans doute pas étranger à ce refus : un projet, tel que le décrit David Allen, n’est pas un ensemble complexe de systèmes et de sous-systèmes, qui peut être représenté de diverses façons (diagramme de Gantt, de PERT…) ; c’est plutôt un ensemble d’actions qui peut être consigné sur le dos d’une enveloppe et dont la représentation essentielle est la Next action, c’est-à-dire « Et maintenant qu’est-ce qu’on fait ? »

En somme, le principe directeur, connu depuis toujours, est que « le Mieux est l’ennemi du Bien » et plutôt que d’avoir un modèle qui prévoit tout, il vaut mieux avoir un modèle facile à adapter quand on aura besoin de lui faire faire quelque chose d’imprévu… Les méthodes de programmation dites « agiles » ne reposent pas sur autre chose.

Mais aussi cette situation a un impact sur l’informatique en général : d’abord parce qu’elle peut contribuer à populariser l’idée qu’un ordinateur doit travailler à la place d’un humain et non lui donner du travail… Truisme… mais qui ne paraît pas si évident pour tous nos semblables : l’ami qui m’a dit il y a quelques années « Pourquoi as-tu 2 (ou 3 ou 6…) ordinateurs, tu ne peux pas être assis devant tous en même temps ? », sans savoir qu’un bon ordinateur est précisément celui que j’utilise sans être assis devant lui, ou bien ceux qui ne veulent pas utiliser l’informatique parce qu’ils n’ont pas le temps…

Je crois que cette tendance a aussi une conséquence sur le métier d’informaticien. En effet, de nos jours, il est possible de programmer facilement, sans avoir de compétences théoriques importantes. C’est un raisonnement que je me fais depuis longtemps à mon propre sujet : je passe une partie importante de mon temps de travail à écrire du code et pourtant, je n’ai jamais étudié l’informatique et je n’ai pas de connaissances approfondies en algorithmique. Un exemple parmi beaucoup d’autres : tout ce que j’ai pu apprendre sur les algorithmes de tri (que je n’ai appris que par curiosité et jamais par besoin) ne m’a jamais été directement utile, parce que toutes les fois où j’ai eu à trier des données, il était plus simple et plus efficace d’utiliser une fonction native ou fournie par une bibliothèque du langage que j’utilisais (le plus souvent python).

J’ai longtemps pensé que cette approche était caractéristique d’un autodidacte de la programmation, professeur de lettres de formation, mais j’ai constaté au contact de ‘vrais’ informaticiens, ou de stagiaires qui finissaient des études (de type BTS ou DUT) en programmation que beaucoup n’ont pas de notions théoriques plus approfondies et que ces connaissances ne sont guère utiles dans la pratique quotidienne de beaucoup de programmeurs.

Or l’âge du péta-octet exige une vraie réflexion sur les algorithmes : le volume gigantesque de données nécessite des traitements optimisés pour être réalisables dans des conditions acceptables, les opérations à mettre en oeuvre impliquent des notions sur les statistiques que tous ne possèdent pas. La conséquence de cela va être l’élargissement du fossé entre l’élite des programmeurs, très compétents, détenteurs de connaissances très pointues dans des disciplines scientifiques, et la piétaille des scripteurs, qui sera de moins en moins distincte des power users, de plus en plus nombreuse. Bien sûr, cette fracture existe déjà, mais il y a fort à parier qu’elle va aller en s’accentuant.

Getting Things Done, chapitre 2

J’ai poursuivi ma lecture de Getting Things Done, et je l’ai même terminée, mais je vais continuer à consigner mes notes ici, ce qui sera, entre autres choses, un moyen efficace de me remettre la démarche en mémoire. Voici donc, après le chapitre 1, le chapitre 2.

Ce chapitre traite de l’organisation horizontale, c’est-à-dire de la répartition de notre temps et de nos efforts entre nos différents engagements. La méthodologie proposée comporte 5 étapes :

– La collecte (collect) des choses qui occupent notre attention ;

– Le traitement (process) pour déterminer leur sens et ce qu’il convient de faire en ce qui concerne chacune d’elles ;

– L’organisation (organize) des résultats ;

– La revue (review) de ces résultats comme possibilités d’action ;

– L’action (do) en elle-même.

Collecte

Pour libérer complètement l’esprit de toutes les boucles ouvertes, il est nécessaire d’utiliser ce système pour tout ce qui nous préoccupe, de façon à ce que nous puissions être assurés que rien ne passe entre les mailles du filet. Les outils pour capturer les boucles ouvertes peuvent être variés : corbeille physique, outils de prise de notes papier, outils de prise de notes électroniques, outils d’enregistrement de la voix, courrier électronique… Ces différents objets permettront de collecter les différents types de ‘choses’ à stocker : objets à remplacer ou à ranger, documents à lire ou à classer, idées etc.

Trois règles sont importantes pour faciliter le succès de la phase de collecte des boucles ouvertes :

– Chaque boucle ouverte doit être placée dans le système de collecte et ainsi être sortie de mon esprit.

– Le nombre de récipients utilisés pour la collecte doit être aussi grand que nécessaire, mais aussi petit que possible, pour éviter la dispersion et la perte d’efficacité.

– Les récipients doivent être vidés régulièrement, sous peine de voir mon esprit ne plus faire confiance à ce système et rester stressé.

Traitement

La méthode pour le traitement des éléments collectés dans la corbeille est représentée dans le célèbre diagramme du livre.

Pour chacun des ‘trucs’ (stuff) qui arrivent dans mon champ de vision, je me demande ce qu’il est et ce qu’il faut faire dans l’immédiat en ce qui le concerne.

S’il n’appelle aucune action immédiate, c’est qu’il peut entrer dans une des trois catégories suivantes :

– il n’a plus d’intérêt, il peut être jeté.

– une action pourra être entreprise plus tard, mais il faut attendre (laisser incuber).

– je dois pouvoir le retrouver dans l’avenir pour pouvoir m’y reporter : c’est une référence (reference).

S’il appelle une action, il faut voir s’il fait partie d’un projet (selon la définition donnée ci-dessous). Dans ce cas, ce projet doit être ajouté à la liste des projets, de façon à ce que je puisse à nouveau y réfléchir lorsque je procèderai à la revue hebdomadaire de mon système.

Surtout, je dois déterminer quelle est la prochaine action à réaliser pour arriver au résultat escompté. Il est important de noter que cette action doit être véritablement la prochaine action physique concrète à réaliser et non pas une vague recommandation :

The “next action” is the next physical, visible activity that needs to be engaged in, in order to move the current reality toward completion.

Some examples of next actions might be:

– Call Fred re tel. # for the garage he recommended.

– Draft thoughts for the budget-meeting agenda.

– Talk to Angela about the filing system we need to set up.

– Research database-management software on the Web.

(David Allen, Getting Things Done, The Art of Stress-Free Productivity, Penguin Books, 2003, p. 34)

Une fois que la prochaine action a été décidée, il reste trois choix :

– La faire immédiatement, si elle ne prend pas plus de deux minutes.

– La déléguer s’il est plus approprié que quelqu’un d’autre la fasse à ma place.

– La remettre à plus tard, en la notant dans la liste de mes prochaines actions (Next Actions)

Organisation

Le traitement des ‘trucs’ amène à mettre en place 8 catégories (qui sont les étiquettes sur la périphérie du diagramme) :

Pour les trucs qui n’appellent pas d’action (nonactionable items) trois catégories sont possibles :

– Poubelle

– Outils d’incubation (Someday/Maybe)

– Stockage de référence

Pour organiser les trucs qui appellent une action (actionnable things), cinq catégories sont nécessaires :

– Liste de projets

Un projet est, dans la terminologie d’Allen, n’importe quel résultat désiré qui nécessite plus d’une action, ce qui est une définition plus large que ce qu’on entend habituellement par ‘projet’ Le principe étant qu’en consignant chacun de ces objectifs, je pourrai me souvenir qu’il faut encore mettre en oeuvre d’autres actions pour arriver au résultat attendu.

La liste n’a pas à être ordonnée de quelque façon que ce soit, elle doit simplement pouvoir être revue régulièrement.

– Stockage pour les planning et les éléments associés à un projet

Tous les éléments associés à un projet doivent être stockés, pour pouvoir être revus. Il est préférable que ce stockage soit hors de la vue.

– Calendrier

Il doit comporter toutes les actions spécifiques à un certain moment (rendez-vous, actions qui doivent être faites un certain jour) ou les informations spécifiques à un certain moment (tout ce qu’il est utile de savoir relativement à un certain moment : rendez-vous d’autres personnes, événements intéressants, rappels).

Seules ces actions et ces informations doivent être placées dans le calendrier.

– Liste de rappels des prochaines actions

C’est la liste centrale, elle doit comporter la liste de toutes les prochaines actions à mettre en oeuvre, sans aucune exception.

Si ces actions sont trop nombreuses (plus de 20 ou 30), il est opportun de les scinder en plusieurs catégories : appels à passer, questions sur le projet X…

– Liste de rappels des choses en attente, déléguées (Things you’re waiting for)

Il faut noter que les listes ne sont pas forcément des listes au sens où on l’entend habituellement, mais que ce sont plutôt des collections de rappels qui peuvent être facilement consultées.

Revue

Pour que le système fonctionne, il faut qu’après avoir noté tout ce que je dois faire, je passe régulièrement cette liste en revue.

Le calendrier est ce qui demande à être consulté le plus souvent. Vient ensuite la liste des prochaines actions (éventuellement par contexte : “A la maison”, “Sur un ordinateur”, “En réunion avec Georges” etc.).

Les projets, les actions en attente (Waiting For) et les listes d’incubation (Someday/Maybe) n’ont à être consultés qu’aussi souvent qu’il est utile pour qu’ils ne soient pas une préoccupation.

Un moment essentiel pour la réussite de la méthode est la revue hebdomadaire (Weekly Review) qui permet de remettre l’ensemble du système en ordre, de traiter les nouveaux trucs apparus et de mettre les listes à jour.

Action

Evidemment, au final, l’objectif est de faire ce qu’il y a à faire. La liste des prochaines actions permet d’avoir une liste dans laquelle il faut choisir. Pour faire ce choix, Allen propose trois modèles :

– Le modèle à quatre critères pour choisir l’action du moment.

Les quatre critères sont, dans l’ordre : le contexte (si j’ai besoin d’un ordinateur ou d’un téléphone pour faire une action particulière, je ne peux pas la faire si je n’ai pas d’ordinateur ou de téléphone sous la main, certaines choses ne peuvent être faites que chez moi ou à mon bureau…), le temps disponible, l’énergie disponible, la priorité.

– Le modèle à trois volets pour évaluer le travail quotidien

Il est possible de réaliser trois types d’activités : faire du travail prédéfini (faire ce qui est dans ma liste des prochaines actions), faire du travail comme il se présente (des choses à faire se présentent souvent de manière inattendue : un collègue arrive pour demander quelque chose par exemple), définir le travail à venir (il s’agit de traiter les choses à faire selon la méthode préconisée).

– Le modèle à six niveaux pour passer son propre travail en revue

Allen propose 6 niveaux pour déterminer quelles sont nos priorités, selon une métaphore aéronautique :

1. 50.000 pieds et plus : la vie
2. 40.000 pieds : vision à 3-5 ans
3. 30.000 pieds : buts à 1-2 ans
4. 20.000 pieds : aires de responsabilité
5. 10.000 pieds : projets actuels
6. Piste : actions actuelles

tags technorati: , ,

Outils Froids – Des solutions pour mettre en place la méthode GTD

Décidément, la méthode GTD est à la mode : Outils Froids – Des solutions pour mettre en place la méthode GTD ! Ce billet contient des liens intéressants. Pour d’autres lectures sur ce thème, il y a naturellement le site officiel de David Allen, ainsi que les liens de del.icio.us portant le tag ‘gtd’ (n’hésitez pas à agréger le fil RSS correspondant, il y a sans cesse de nouvelles entrées).

Je vais continuer à lire le livre et à consigner mes notes ici (même si pendant mes vacances elles risquent de ne pas arriver avant quelque temps).

Getting Things Done, chapitre 1

Je suis en train de lire Getting Things Done, de David Allen, le gourou de l’organisation. L’idée d’avoir un méthode pour m’organiser m’a évidemment séduit d’emblée, mais quelques lectures sur le web au sujet de cette méthode m’avaient laissé penser que c’était un formalisme inutile qui ne m’apporterait rien. Par exemple, j’ai lu quelque part la distinction entre projet et action et j’ai cru qu’il s’agissait de décomposer les projets en autant d’actions atomiques que possible… Ce qui qui serait un moyen redoutable pour perdre plus de temps qu’on n’en gagne… Je voyais aussi des schémas complexes qui me paraissaient encore ajouter un peu de confusion dans un problème qui n’en avait pas besoin…

Pourtant, je voyais que des gens qui paraissent raisonnables utilisaient cette méthode : ici ou . J’ai donc voulu voir de plus près et j’ai commandé le livre sur Amazon.

La lecture du début de cet ouvrage m’a convaincu que je n’avais rien compris à mes lectures précédentes et m’a révélé une démarche intéressante. Je ne peux pas encore dire si cette approche est efficace, mais elle pose de vraies questions et j’espère pouvoir en retirer quelque chose. Pour garder une trace de cette lecture, je me propose de consigner mes notes ici, en espérant qu’elles pourront permettre à d’autres de ne pas faire les mêmes erreurs que moi dans l’interprétation de ce texte.

Voici donc pour le chapitre 1 :

L’ouvrage part du constat que nous voulons faire de plus en plus de choses et, évidemment, pas plus de temps qu’auparavant, ce qui provoque du stress et des insatisfactions. Un des facteurs importants de ce stress est que depuis quelques années, nous sommes entrés dans l’ère de ce que Peter Drucker appelle le ‘knowledge work’ (travail de la connaissance ?) et les tâches de chacun ne sont plus définies a priori, mais nous devons déterminer quelles actions doivent être menées pour faire notre travail. Dès lors, les méthodes traditionnelles de gestion du temps ne sont plus efficaces et le stress croît sans cesse, nous rendant moins aptes à faire ce que nous avons à faire, préoccupés que nous sommes par les autres tâches que nous devrons faire ou n’avons pas faites. Selon Allen, c’est le stress de toutes nos autres préoccupations qui nous rend moins productifs.

La solution est d’adopter un esprit semblable à l’eau : une mare est immobile ; si on y jette une pierre, l’eau va s’animer d’un mouvement parfaitement en adéquation avec la taille de la pierre, sans sous-réagir ou sur-réagir, puis va revenir doucement à son immobilité. L’objectif est que notre esprit soit ainsi : serein et mobilisé uniquement par ce que nous sommes en train de faire.

Pour arriver à cette sérénité, il faut apprendre à gérer nos engagements (professionnels, familiaux, amicaux etc.), même ceux dont nous n’avons pas conscience, mais qui occupent de la place dans nos préoccupations. Notre esprit est occupé par un grand nombre de choses incomplètes, qu’Allen appelle des boucles ouvertes (open loops), qui nuisent à notre concentration, même sans que nous en ayons conscience.

Pour gérer ces engagements, Allen propose trois règles :

  • tout ce qui est dans notre esprit l’occupe inutilement. Nous devons nous débarrasser de toutes les choses incomplètes en les notant quelque part où nous savons que nous les retrouverons.
  • pour tout ce que nous avons à faire, il faut définir précisément en quoi cela consiste et décider de ce qu’il faut faire concrètement pour avancer sur cette question.
  • lorsque les actions à entreprendre sont définies, il faut les noter quelque part pour pouvoir les passer en revue régulièrement

C’est cette réflexion qui caractérise le travail de la connaissance. Peter Drucker (cité par D. Allen, p. 15) dit :

In knowledge work… the task is not given; it has to be determined. ‘What are the expected results from this work?’ is… the key question in making knowledge workers productive. And it is a question that demands risky decisions. There is usually no right answer; there are choices instead. And results have to be clearly specified, if productivity is to be achieved.

Faute de faire ce travail de clarification et de libération de l’esprit, nous gardons toujours un sentiment d’insatisfaction et de manque qui nuit à notre concentration.

Pour pouvoir nous organiser efficacement, nous devons adopter une démarche qui tienne compte de toutes les choses que nous avons à faire, petites ou grandes, de long terme ou de court terme, professionnelles ou privées, urgentes ou moins urgentes car elles sont toutes également susceptibles de nous préoccuper. Surtout, il faut débarrasser complètement notre esprit de ces boucles ouvertes en les mettant dans un endroit concret (corbeille, carnet, fichier d’ordinateur…) que nous regarderons régulièrement.

tags technorati: , ,

Outils de productivité…

Je viens de découvrir (non sans un certain effroi) que ce à quoi j’ai passé la soirée d’hier existait déjà. Il s’agit d’un fichier PDF qui contient l’intégralité des gabarits du D*I*Y Planner. Je dois avouer que pour l’instant et malgré mes espoirs, ce système n’a pas vraiment amélioré ma productivité… ;-)

Alors pour ne pas avoir travaillé pour rien, j’ai cherché à justifier mes efforts et je suis arrivé à trouver un moyen pour concaténer des fichiers postscript (ainsi que les options). Voici la commande :

$ gs -dNOPAUSE -dBATCH -sDEVICE=pswrite \
-sOutputFile=myDiyplanner2.ps diyplanner2_a5-even*

Je peux ainsi créer plusieurs sous-parties des fichiers PDF d’origine puis les concaténer pour avoir une configuration utilisable directement (par exemple avec 52 fois la page ‘weekly planning’ et avec les pages que je souhaite et sans celles qui ne m’intéressent pas). Je pense aussi faire des petits paquets qui pourront être utilisés comme compléments : si un jour j’ai besoin de 10 exemplaires des 3 ou 4 pages qui concernent la description d’un projet, je pourrai simplement imprimer dix fois le fichier projet.pdf. Si je le fais vraiment, je ne manquerai pas de vous en informer.

D*I*Y Planner

Il y a longtemps que j’ai envie d’essayer le D*I*Y Planner de Douglas Johnston. En un mot, il s’agit d’un fichier PDF permettant d’imprimer un agenda personnalisé, qu’il suffit de perforer comme il faut, puis de mettre dans un organiseur adapté.

Dans un premier temps, je me suis procuré un tel organiseur, de la marque Filofax, que j’ai hérité de mon père.

Ensuite, il s’est agi d’imprimer les pages du fichier PDF (au format A5) et là… ça n’a pas été aussi simple que je l’avais espéré. D’abord, si je configure mon imprimante (une HP Deskjet 960c) pour le format A5, elle n’imprime pas vraiment sur la feuille… Ainsi configurée, elle imprime la surface d’une page A5 sur une page A4, mais dans le ‘haut’ de la page, et donc pas du tout sur une page A5 si j’en mets une (je ne suis pas sûr d’être clair, je mets une image)

Impression A5

Ainsi, alors que la page A4 est représentée par le grand rectangle gris clair, la partie imprimée est en gris foncé. Je n’ai donc que la moitié du document sur une vraie page A5 (représentée en rose).

Après beaucoup d’efforts et de recherches sur Google, j’ai réussi à trouver des options pour Acrobat Reader (commande acroread) qui m’ont permis d’imprimer une page A5 :

$ acroread -toPostScript -start 2 -end 3 -odd -landscape -size a5 diyplanner2_a5.pdf

me permettait d’obtenir un fichier postscript contenant les pages 2 et 3 chacun sur la moitié d’une page A4. Il ne me restait plus qu’à imprimer les pages paires sur un côté de feuille et les pages impaires sur l’autre… Je ne sais pas si c’est que je suis un peu limité ou un peu fatigué, mais je n’ai pas réussi à avoir les deux pages dos à dos dans le bon sens. J’ai même essayé d’utiliser un script perl qui fait la rotation d’un fichier postscript, mais comme la demi-page blanche faisait partie du fichier, semble-t-il, je n’ai pas eu de meilleur résultat. J’allais abandonner quand mon instinct m’a poussé à poursuivre mes recherches sur Google et là, j’ai trouvé ça, en fait j’avais trouvé une autre page sur psnup(1), mais le test que j’avais fait ne m’avait pas paru concluant, peut-être parce que j’avais essayé de lui passer directement un fichier PDF. Mais avec un fichier postscript, ça marche, je fais :

$ acroread -toPostScript -start 2 -end 3 diyplanner2_a5.pdf

puis

$ psnup -2 diyplanner2_a5.ps > diyplanner2_a5-2p.ps

et j’obtiens bien un fichier postscript qui contient deux pages A5 sur une page A4.

J’envisage donc (mais je n’ai pas encore testé) de faire :

$ acroread -toPostScript -pairs -start 2 -end 30 -odd diyplanner2_a5.pdf diyplanner2_a5-odd.ps

[je donne les pages 2 et 30 comme début et fin de façon tout à fait arbitraire, puisque, comme Douglas Johnston le conseille, je n’imprimerai que les pages dont j’aurai besoin]

$ psnup -2 diyplanner2_a5-odd.ps > diyplanner2_a5-2p-odd.ps

$ acroread -toPostScript -pairs -start 2 -end 30 -even diyplanner2_a5.pdf diyplanner2_a5-even.ps

$ psnup -2 diyplanner2_a5-even.ps > diyplanner2_a5-2p-even.ps

puis

$ cat diyplanner2_a5-2p-odd.ps | lpr

puis, après avoir retourné (après les innombrables tests de rigueur dans ce genre de situations)

$ cat diyplanner2_a5-2p-even.ps | lpr

Ensuite, il ne me restera plus qu’à réussir à perforer… mais c’est une autre histoire ;-)